Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites. Cliquez ici pour en savoir plus X

Retour à l'accueil

Cession, achat, vente fonds de commerce, PME, locaux et bureaux

Mon compte

Clause résolutoire d’un bail commercial !

Par Pierre Grammat - Publié le 01/08/2017

Clause résolutoire d’un bail commercial !

Stipulée à son profit, la clause résolutoire d’un bail commercial ne peut être invoquée que par le bailleur, c’est une évidence mais pourquoi ne pas le rappeler ? Chaque mot, chaque paragraphe d’un bail commercial doit être pesé et soupesé avant signature par les deux parties. Ainsi en est-il de la clause résolutoire quand celle-ci est dite au seul et unique profit du bailleur.

Un manquement à ses obligations de la part du preneur.

Une clause résolutoire, terme purement juridique, indique que l’obligation faite à l’une des deux parties signataires n’existe plus, libérant dès lors cette partie de son engagement premier. C’est dire combien un bailleur devra porter une attention toute particulière à la rédaction des conditions qui mettent en œuvre la résiliation du bail. Ces quelques lignes qui déterminent les situations où le bailleur peut rompre son impératif de louer, peut comprendre un ou plusieurs motifs de résiliation: non-paiement du loyer, non-respect du règlement de copropriété, non-exploitation du local loué, bref une quelconque inexécution des dispositions écrites. Autant d’infractions à ses devoirs de la part du locataire qui ne pourra, dès lors, que saisir les tribunaux pour s’opposer à la résiliation automatique et de plein droit du bail.

 

Des conditions encadrent la résiliation du bail.

Cependant, si la rédaction de cette modalité reste libre, elle n’en est pas moins encadrée par la loi, notamment le Code du commerce, dans son article L145-41, qui stipule que « Toute clause insérée dans le bail prévoyant la résiliation de plein droit ne produit effet qu'un mois après un commandement demeuré infructueux. Le commandement doit, à peine de nullité, mentionner ce délai ». Si ce délai est respecté, le bailleur pourra alors résilier le bail pour un ou plusieurs des motifs exposés dans le contrat de location. Jusque-là, tout le monde aura compris que le bailleur peut faire jouer la clause résolutoire à son profit dès lors qu’une des conditions spécifiées n’est pas remplie.

 

Une situation paradoxale.

En revanche, la réciprocité n’existe pas ! Autrement dit, le preneur ne peut pas exiger que cette clause résolutoire soit exercée à sa demande si celle-ci est inscrite au seul et unique profit du bailleur, ce qui se vérifie dans la quasi-totalité des cas. Mais imaginons un exemple pour expliciter ce qui peut sembler une situation paradoxale : soit un locataire d’un local commercial qui sait que son affaire périclite alors que son bail expire dans plusieurs mois ou davantage. Il cesse de payer son terme. Un mois, deux mois. Puis, pour ne pas avoir à être redevable du loyer jusqu’à l’expiration de la période triennale (seul moment où il peut renoncer à la prolongation du bail), il souhaite faire jouer la condition résolutoire qui indique que dès un impayé est constaté, le bail est dénoncé. Bénéfice pour lui, il ne sera plus débiteur que des deux mois dus et non de la totalité des sommes à payer jusqu’à l'échéance triennale.

 

Une clause au seul profit du bailleur.

Mais voilà, et ainsi que l’a rappelé la Cour de cassation dans un arrêt du 27 avril 2017, seul le bailleur peut invoquer cette fameuse clause résolutoire, ou refuser de l’invoquer, selon son bon vouloir et si cela devait conforter ses intérêts : en l’occurrence, contraindre l'occupant à remplir ses obligations jusqu’au terme triennal du bail. Dès lors, aucun juge ne saurait constater l’application de la clause résolutoire à la demande du locataire qui songerait à échapper à ses obligations. Puisque, une fois encore, cette convention contractuelle est stipulée au seul et unique profit du bailleur et protège dès lors celui-ci, dans notre exemple, de l’action du preneur de mauvaise foi. Si d’aucuns prétendent que les arcanes de la loi sont abscons, force est d’admettre que la législation, en la matière, se montre singulièrement bien articulée.



Plus de 10.000 biens Entreprise et Commerce disponibles sur notre site
Suivez l'actualité immobilière et rejoignez-nous

Faites estimer gratuitement** votre affaire.

Demandez votre estimation aux agences du Réseau CENTURY 21 en remplissant le formulaire ci-dessous :

  • 1 Mon bien
  • 2 Mes coordonnées
3 Choisissez l'agence CENTURY 21 qui vous contactera
  • Veuillez choisir une agence dans la liste.
Je valide ma demande
*Champ obligatoire
**Dans les agences participantes
Conformément à la loi informatique et liberté du 6 janvier 1978, les renseignements fournis sont strictement confidentiels et ne peuvent être communiqués à des tiers sans votre autorisation. l'article 27 vous donne la possibilité d'y avoir accès et de les faire rectifier si nécessaire. Si vous ne souhaitez pas que nous conservions ceux-ci, nous vous serions reconnaissants de nous en informer par écrit ou par mail.

Les dernières exclusivités Entreprise et Commerce

* Frais d'agences inclus hors frais de notaire.