1. Accueil
  2. conseil entreprise et commerce
  3. Acheter une entreprise, un commerce

Reprendre un commerce, oui, mais lequel ?

Publié le 17/08/2015 - Mis à jour le 15/09/2017
Ça y est, vous êtes décidé à reprendre un commerce ! Mais cette bonne volonté ne suffira pas et ces quelques conseils devraient vous être utiles.

Il existe mille et une raisons de choisir, un beau matin, de reprendre un commerce : le désir d’indépendance, le souhait d’entreprendre une démarche patrimoniale ou plus simplement la volonté d’exercer son métier à sa guise. Quoi qu’il en soit, vous devez avoir une idée précise de votre activité future. On ne saurait imaginer de partir le nez au vent dans l’espoir de dénicher LA bonne affaire ! Et cette décision ne peut s’accomplir que si vous établissez un vrai bilan de vos compétences.

 

Maîtriser son domaine d’activité.

En effet, même si d’innombrables formations sont dispensées par divers organismes, vous avez intérêt à maîtriser peu ou prou le domaine de votre activité prochaine. Certes, tout s’apprend à tout âge, mais une bonne connaissance du marché envisagé, de la concurrence, des fournisseurs, reste un facteur déterminant de sa réussite. Par ailleurs, n’oubliez pas que certaines professions obéissent à une réglementation stricte ou exigent une qualification professionnelle. De la même façon, ne vous entêtez pas dans un projet trop précis surtout si le contexte n’y est pas propice, vous risqueriez de graves déconvenues.

 

Un chef d’entreprise aux compétences multiples.

D’autant qu’à ces compétences propres au secteur choisi, il faudra ajouter celles du chef d’entreprise : comptabilité, gestion des employés, marketing, le commerçant est une personne multitâche qui, même assistée par des experts, est en permanence confrontée à des choix et à des prises de décision qui engagent l’avenir de son activité. Devenir commerçant ne s’improvise pas car s’il suffisait de jouer à la marchande, cela se saurait… De surcroît, n’allez pas au-delà de vos moyens, financiers ou professionnels ; mieux vaut opter pour un magasin modeste que vous saurez appréhender et, le cas échéant, développer que sélectionner une affaire trop importante en regard de vos capacités.

 

Choisir sa façon d’exercer.

Une fois que vous aurez répondu à ces premières questions et opté pour un secteur d’activité, il faudra déterminer la meilleure façon d’exercer votre négoce. Ainsi, si vous souhaitez entreprendre dans la restauration, vous disposez d’un vaste choix : franchise de fast-food, restaurant de proximité ou gastronomique, sandwicherie ou établissement de snacking, les possibilités sont multiples. De la même manière, vous devrez trancher entre la reprise d’une affaire qui marche bien et un commerce qui bat de l’aile mais que vous vous faites fort de remonter. Bien sûr, l’engagement financier ne sera pas le même mais la dépense d’énergie non plus !

 

Ne pas négliger les aspects collatéraux.

L’emplacement de votre future entreprise entre également en compte. Au-delà des points de bon sens (s’installer au plus près de la clientèle espérée, prévoir un lieu fréquenté et accessible, étudier la concurrence…), ne négligez pas votre vie personnelle et familiale. Si vous établissez votre commerce loin de chez vous, examinez minutieusement toutes les incidences que cela pourrait avoir sur vous et vos proches. A l’énergie et à la bonne volonté des débuts risquent de succéder le découragement et la lassitude d’avoir délaissé cet aspect des choses.

 

 

A lire aussi : "Reprendre un commerce : les activités réglementées"
"Le vade-mecum du repreneur d’un commerce"
et "Les commerces qui ont le vent en poupe"

 

 

Suivez l’actualité immobilière et rejoignez-nous