Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites. Cliquez ici pour en savoir plus X

Retour à l'accueil

Cession, achat, vente fonds de commerce, PME, locaux et bureaux

Mon compte

Aides au financement à la reprise d’un commerce

Par Christel Villedieu - Publié le 17/08/2015

Aides au financement à la reprise d’un commerce

Ces dernières années, aides et soutiens des pouvoirs publics veulent encourager la reprise de commerces de proximité. Pourquoi ne pas en profiter ?

Indubitablement, l’argent constitue le nerf de la reprise d’un fonds de commerce. Et on estime généralement qu’un apport personnel de 30% établit une bonne base pour négocier avec un organisme bancaire. Ce qui n’exempte pas le repreneur d’élaborer un business plan et un prévisionnel rassurants… Mais afin d’accroître cet apport, vous pouvez y adjoindre certaines aides financières dispensées par les pouvoirs publics, qu’ils soient territoriaux ou nationaux.

 

Des aides régionales au financement des commerces.

Si ces subventions publiques concernent la reprise d’entreprise en général, quelques-unes sont plus particulièrement destinées aux magasins dits « de proximité ». Ainsi, en milieu rural ou montagnard comme dans les quartiers considérés prioritaires, le Fisac[1] propose-t-il plusieurs solutions au financement des commerces (hormis les pharmacies, les activités liées au tourisme et les boutiques d’alimentation dont la surface excède 400 m²)[2]. Ces concours sont de plusieurs ordres et peuvent s’élever jusqu’à 30% des dépenses de fonctionnement et à 20% des investissements avec, cependant, des plafonds. Pour obtenir ces subventions et connaître leurs conditions d’attribution, les futurs repreneurs doivent s’adresser à leur Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi[3] ou en se connectant sur le site de l’APCE.

 

Un accompagnement à la reprise.

Plus largement, il existe des accompagnements à la reprise d’entreprise (Nacre)[4] dont sont susceptibles de bénéficier les demandeurs d’emploi, les bénéficiaires du RSA et les jeunes de moins de 25 ans. Les chômeurs peuvent aussi profiter d’une assistance spécifique (Accre)[5] qui met en œuvre un dispositif d’encouragement à la création avec exonération partielle de charges mais aussi une aide financière (Arce)[6] s’ils sont en période d’indemnisation. Par ailleurs, il reste indispensable de solliciter les collectivités locales car elles dispensent souvent des subventions et autres primes pour faciliter l’installation de commerces de proximité, sans compter les prêts d’honneur ou à taux zéro.

 

Le business plan, clef de la réussite.

Qu’il s’agisse d’aides ou de prêts bancaires, la clef de votre réussite demeure votre business plan (reportez-vous à cet égard à notre article Le guide du repreneur). Lors de l’établissement de votre plan de financement, n’oubliez pas d’ajouter au prix d’achat du fonds de commerce tous les coûts annexes (appel à des experts juridiques ou comptables par exemple mais aussi le dépôt de garantie du loyer, les frais d’actes, etc.), la dépense pour d’éventuels travaux à entreprendre ou pour l’acquisition d’équipements. De surcroît, prévoir une marge de manœuvre suffisante en termes de trésorerie ne pourra que vous apporter le confort nécessaire sinon crucial tout au long des premiers mois d’exercice.

 

Garantissez-vous avec la BPI.

Détail important : pensez à inclure dans ce financement votre propre rémunération car aucun prêteur ne vous suivra si vous lui expliquez que vous vivrez d’amour et d’eau fraîche les premières années ! Pour terminer, et même si le nombre d’aides existantes interdit toute exhaustivité en la matière, sachez que la Banque publique d’investissement[7] peut à la fois garantir votre emprunt auprès de l’organisme prêteur et vous proposer ses propres prêts, notamment dans la restauration[8] ou l’hôtellerie[9]. Une bonne façon de rassurer votre banquier tout en réduisant vos risques personnels.

 

[1] Fonds d'intervention pour les services, l'artisanat et le commerce

[2] http://vosdroits.service-public.fr/professionnels-entreprises/F22565.xhtml

[3] http://direccte.gouv.fr/Organisation-d-une-Direccte.html

[4] http://vosdroits.service-public.fr/professionnels-entreprises/F20016.xhtml

[5] http://vosdroits.service-public.fr/professionnels-entreprises/F11677.xhtml

[6] http://vosdroits.service-public.fr/professionnels-entreprises/F15252.xhtml

[7] http://www.bpifrance.fr/

[8] http://www.bpifrance.fr/Toutes-nos-solutions/Pret-Restauration

[9] http://www.bpifrance.fr/Toutes-nos-solutions/Pret-Hotellerie

 

 


A lire aussi : "Les frais d’acquisition d’un fonds de commerce"
et "Préparer son financement"

 

 



Plus de 10.000 biens Entreprise et Commerce disponibles sur notre site
Suivez l'actualité immobilière et rejoignez-nous

Faites estimer gratuitement** votre affaire.

Demandez votre estimation aux agences du Réseau CENTURY 21 en remplissant le formulaire ci-dessous :

  • 1 Mon bien
  • 2 Mes coordonnées
3 Choisissez l'agence CENTURY 21 qui vous contactera
  • Veuillez choisir une agence dans la liste.
Je valide ma demande
*Champ obligatoire
**Dans les agences participantes
Conformément à la loi informatique et liberté du 6 janvier 1978, les renseignements fournis sont strictement confidentiels et ne peuvent être communiqués à des tiers sans votre autorisation. l'article 27 vous donne la possibilité d'y avoir accès et de les faire rectifier si nécessaire. Si vous ne souhaitez pas que nous conservions ceux-ci, nous vous serions reconnaissants de nous en informer par écrit ou par mail.

Les dernières exclusivités Entreprise et Commerce

* Frais d'agences inclus hors frais de notaire.