Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites. Cliquez ici pour en savoir plus X

Retour à l'accueil

Cession, achat, vente fonds de commerce, PME, locaux et bureaux

Mon compte

Valoriser son commerce avant sa mise en vente

Par Christel Villedieu - Publié le 17/08/2015

Valoriser son commerce avant sa mise en vente

Si vous souhaitez réussir la vente de votre fonds de commerce, vous ne devrez négliger aucune étape. Parmi lesquelles la valorisation avant-vente reste primordiale.

La crise aidant, les ventes de commerces se sont multipliées ces dernières années et même si la conjoncture s’améliore et que les conditions diffèrent d’une région à l’autre, il n’en demeure pas moins que la valorisation de votre entreprise vous permettra de la vendre au juste prix et dans les meilleurs délais. Même si, en la matière, la patience reste de rigueur. Par ailleurs, n’oubliez pas qu’en tant que chef d’entreprise, votre temps est précieux et il semble vain de perdre son énergie à recevoir nombre de candidatures plus ou moins sérieuses. L’appel à un professionnel de la cession/acquisition de commerces ne pourra qu’être fructueux même s’il n’est pas obligatoire.

 

Présenter son commerce sous son meilleur jour.

Qui dit ratio offre/demande déséquilibré implique des acheteurs potentiels de plus en plus exigeants. Ils souhaitent légitimement minimiser leurs risques d’autant que les banques, dans le cas d’une exploitation bancale, ne les suivraient pas. Autrement dit, votre affaire doit être rentable. Autant de raisons pour en soigner la présentation. N’oubliez pas que la première impression restera gravée dans l’esprit de l’acquéreur. Est-il utile de préciser que votre établissement doit révéler une propreté et un aspect impeccables ? Au-delà de ces évidences, assurez-vous que tous les travaux d’entretien sont à jour et que la mise aux normes est parfaite. Ces réparations ne vous coûteront pas forcément très chers mais si elles n’ont pas été réalisées, elles rebuteront à coup sûr l’acheteur !

 

Un bilan débarrassé de ses scories.

Même si votre affaire est la plus profitable du monde, vous savez qu’elle ne se vendra pas en quelques semaines. Profitez de ce temps pour vous assurer que les comptes de résultats délivrés au repreneur montrent une réelle rentabilité. En resserrant au mieux les boulons de votre entreprise l’année précédant votre mise en vente, vous pourrez, à chiffre d’affaires égal, obtenir un bilan débarrassé de scories rébarbatives. N’oubliez pas que l’acquéreur potentiel est en droit de réclamer les comptes des trois dernières années et qu’il faudra le convaincre des performances passées, présentes et futures de votre entreprise.

 

Une check-list indispensable.

N’hésitez pas à dresser une liste des plus et des moins de votre commerce et considérez dans quelle mesure vous pouvez résoudre les points négatifs. Un procédé peut-être sommaire mais qui a le mérite de son efficacité. Car n’espérez pas un seul instant que votre futur acquéreur passera outre… A ce sujet, faites-vous aider par les Chambres de commerce ou par un conseil car tout œil extérieur sera forcément bénéfique. A contrario, sachez promouvoir chaque point positif, même négligeable : la possession d’un fichier client informatisé, la reconnaissance de votre enseigne dans son secteur, le bon état et la conformité de vos installations qu’il s’agisse des équipements intérieurs, du rideau de fer électrique ou encore des normes d’hygiène et de sécurité… Autant d’éléments qui ne pourront que rassurer le repreneur.

 

Une préparation psychologique.

Préparez-vous à répondre à toutes les questions de l’acquéreur, notamment sur les aspects comptables ou juridiques. Psychologiquement, quand on est chef d’entreprise, il est toujours difficile d’être questionné et poussé dans ses retranchements. Pourtant, cette transparence et cette franchise seront autant d’atouts pour convaincre votre interlocuteur. Cela dit, n’oubliez pas qu’il revient à vous seul, si les conditions le permettent bien sûr, de sélectionner votre repreneur. Si votre ressenti n’est pas bon, gagnez du temps en mettant un terme à la négociation.

 

 

A lire aussi : "Vendre son commerce dans les meilleures conditions"
et "Evaluer le prix de son commerce"

 

 



Plus de 10.000 biens Entreprise et Commerce disponibles sur notre site
Suivez l'actualité immobilière et rejoignez-nous

Faites estimer gratuitement** votre affaire.

Demandez votre estimation aux agences du Réseau CENTURY 21 en remplissant le formulaire ci-dessous :

  • 1 Mon bien
  • 2 Mes coordonnées
3 Choisissez l'agence CENTURY 21 qui vous contactera
  • Veuillez choisir une agence dans la liste.
Je valide ma demande
*Champ obligatoire
**Dans les agences participantes
Conformément à la loi informatique et liberté du 6 janvier 1978, les renseignements fournis sont strictement confidentiels et ne peuvent être communiqués à des tiers sans votre autorisation. l'article 27 vous donne la possibilité d'y avoir accès et de les faire rectifier si nécessaire. Si vous ne souhaitez pas que nous conservions ceux-ci, nous vous serions reconnaissants de nous en informer par écrit ou par mail.

Les dernières exclusivités Entreprise et Commerce

* Frais d'agences inclus hors frais de notaire.