Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
Mandat Confiance / Exclusivité

Achat immobilier : hypothèque ou caution ?

Par Christel Villedieu - Publié le 28/09/2017 - Mis à jour le 04/10/2017

Achat immobilier : hypothèque ou caution ?

Alors que l’hypothèque occasionne des frais d’entrée irrémédiablement perdus, le coût d’un cautionnement est partiellement récupérable en fin de prêt.

Toute personne souscrivant un crédit immobilier doit fournir une garantie financière à sa banque sous forme de caution ou d’hypothèque.

L’hypothèque est une garantie traditionnelle consentie par l’emprunteur sur son bien immobilier. Elle permet au prêteur de saisir le logement en cas de défaillance de l’emprunteur, de le vendre, et de se rembourser grâce au produit de la vente.

Elle doit être établie par le notaire et publiée au Service de publicité foncière, ce qui a un coût. Ce dernier est notamment constitué par les émoluments du notaire, la contribution de sécurité immobilière, les droits d’enregistrement et la taxe de publicité foncière. Pour un prêt de 150.000 euros, l’ensemble de ces débours représente environ 1% du montant de l’emprunt.

Valable durant toute la durée du prêt (+ 1 an) dans la limite de 50 ans, l’hypothèque devient inopérante après le paiement de la dernière échéance du prêt. Puis, elle tombe d’elle-même un an plus tard sans frais, ni formalités.

Le principal reproche fait à l’hypothèque est que, dans l’hypothèse ou l’emprunteur revende son bien avant la fin du crédit, il devra obtenir une "main levée" qui occasionnera de nouveaux frais à la charge de l’emprunteur (environ 0,5% du montant de l’emprunt). Par ailleurs, le montant des frais d’entrée est perdu.

La caution bancaire. Il s’agit d’un engagement pris par un organisme financier qui se porte garant du remboursement de l'emprunteur. L'organisme de caution doit être agréé par la banque. Dans la plupart des cas, il s’agit d’un établissement financier, d’un assureur ou encore d’une mutuelle professionnelle.

Contrairement à l’hypothèque, l'emprunteur n'est pas tenu de signer l'acte de caution devant un notaire, ce qui lui permet d’éviter les frais induits par cet usage (frais d’entrée et de mainlevée éventuelle).

La caution fonctionne comme une assurance. L’emprunteur verse une contribution auprès de l’organisme de cautionnement. Les conditions financières varient notamment en fonction du montant emprunté, des échéances et de l’âge de l’emprunteur. Tous comptes faits, le coût de garantie est généralement plus élevé que celui d’une simple garantie hypothécaire (+ ou – 2% du montant de l’emprunt). 

En cas de défaillance (3 ou 4 échéances impayées), la caution indemnise le prêteur et tente de trouver une solution amiable avec l’emprunteur. Si cela n’est pas possible, la caution saisie le bien et le vend afin de renter dans ses frais.

Selon une enquête de l’ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution) publiée en juillet 2017, près de 6 crédits immobiliers sur 10 sont aujourd’hui cautionnés. 

Ce succès croissant est dû à l'attrait principal du cautionnement : au terme du prêt (ou en cas de revente anticipée) une partie de la somme versée par l’emprunteur à l’organisme de caution lui est remboursé (généralement + ou - 75%). Ces sommes ne tiennent toutefois pas compte de la hausse des prix. Elles ne sont donc pas réévaluées.

 

A lire aussiL'apport personnel : c'est quoi ?Les sûretés réelles !



Suivez l'actualité immobilière et rejoignez-nous

Demandez un rendez-vous d’estimation gratuite




  • Je valide ma demande

CENTURY 21, en sa qualité de responsable du traitement, réalise des traitements de données à caractère personnel pour la réalisation des estimations et le cas échéant, la gestion de la relation avec les prospects. Ces traitements sont rendus nécessaires pour répondre à votre demande d'estimation de votre bien et/ou d'informations et sont fondés sur votre consentement préalable. Les données collectées sont destinées aux services concernés, et le cas échéant à ses sous-traitants et prestataires. Les sous-traitants et prestataires en question sont soumis à une obligation de confidentialité et ne peuvent utiliser vos données qu'en conformité avec nos dispositions contractuelles et la législation applicable.
Elles sont conservées pour la durée de la réalisation de l'estimation et le cas échéant pour la gestion de la relation avec les prospects, les données seront conservées pour une durée ne pouvant pas excéder 3 ans à compter du dernier contact de votre part.
Conformément à la législation en vigueur, vous avez la possibilité d'exercer vos droits pour accéder, rectifier, effacer vos données, limiter leurs traitements, vous y opposer et demander la portabilité de celles-ci. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès.
Ces droits s'exercent soit par courrier électronique adressé à : dpo@century21france.com ou par courrier postal à l'attention du Délégué à la Protection des Données (DPO) - Century 21 France, 3 rue des Cévennes, Petite Montagne Sud 91090 Lisses, accompagné d’une copie d’un titre d’identité. Vous pouvez également adresser une réclamation auprès de la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés - 3 place de Fontenoy - TSA 80715 - 75334 PARIS Cedex 07.
Lire la suite... Cacher le texte

Dans le même univers

Les dernières exclusivités en vente

Les dernières exclusivités en location