Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites. Cliquez ici pour en savoir plus X

Retour à l'accueil

CENTURY 21, N°1 des agences immobilières dans le monde

Mon compte

Comment souscrire une assurance en dépit de sa maladie ?

Par Christel Villedieu - Publié le 26/01/2011 - Mis à jour le 24/11/2016

Comment souscrire une assurance en dépit de sa maladie ?

Souscrire une assurance pour un crédit quand on est malade constitue un vrai chemin de croix ; une quête pourtant nécessaire à l’obtention du feu vert de sa banque. Mais des solutions existent. L’occasion pour nous de faire le tour de la question.

Quelles sont les pathologies qui posent problème ?

Les affections réputées dangereuses comme le cancer, la sclérose en plaques ainsi que les problèmes cardiaques, respiratoires, sont bien sûr sur la liste noire des banques. Ces dernières ont la fâcheuse tendance à exclure ces profils d’emprunteurs dans les petites lignes de leurs contrats d’assurance. Mais ce n’est pas tout ! Les diabétiques, les obèses, les asthmatiques, les personnes au cholestérol ou à la tension artérielle trop élevés, souffrant de maux de dos chroniques, doivent s’armer de patience et faire preuve de ténacité pour parvenir à leurs fins.

 

Pourquoi est-il difficile de s’assurer ?

L’assurance DIT (Décès Invalidité et Incapacité de Travail) liée au prêt immobilier n’est pas obligatoire. En théorie car, en pratique, il est impossible de s’en dispenser pour l’obtention d’un crédit, même si vous êtes largement solvable. En résumé : sans assurance, pas de crédit et donc pas d’achat possible ! Cette couverture est encore plus difficile à décrocher si vous cumulez les « handicaps » (aux yeux de l’assureur), à savoir : malade, âgé et demandeur d’un prêt important.

Que prévoit la convention AERAS ?

En vigueur depuis 2007, la convention AERAS (S’Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) a pour objectif de faciliter l’accès à l’assurance et au crédit (immobilier, professionnel, consommation) aux emprunteurs malades âgés de moins de 70 ans à la fin du prêt. Si votre demande d’assurance est rejetée aux conditions standard, elle sera automatiquement analysée par un service médical spécialisé. Si celle-ci est également refusée, un troisième niveau se met en place et peut vous proposer une assurance dont le montant de la prime ne peut excéder 1,4 points de plus que le TEG global de l’emprunt. Le prêt immobilier assurable est limité à 320 000€ et le délai de réponse de cinq semaines au maximum. Par ailleurs, cette convention comprend un « droit à l’oubli » qui vous exempte de signaler un cancer dont le traitement est terminé depuis 10 ans (parfois moins dans certains cas).

 

Qu’est-ce que la délégation d’assurance ?

Aujourd’hui, non seulement les établissements de crédits n’ont plus le droit de refuser la délégation d’assurance à leurs clients, c’est-à-dire la possibilité de souscrire un contrat auprès de l’assureur de leur choix, mais ils sont également tenus d’accepter la résiliation de l’assurance en cours, tout au long des douze mois qui suivent la signature du prêt, pour peu que le nouveau contrat présente le même niveau de garantie.

 

Quels conseils suivre pour dénicher une assurance ? - Anticiper : à condition de connaître le montant de son prêt, mieux vaut faire la demande d’assurance avant même d’avoir acheté. Cela laisse le temps de se constituer un dossier médical complet. Les offres des assureurs sont valables 2 à 4 mois (4 mois pour la convention Aeras). - Effectuer plusieurs demandes concomitamment : mieux vaut démarcher plusieurs assureurs pour multiplier les chances d’avoir une réponse positive dans les temps. - N’assurer qu’une « tête » au lieu de deux : en cas d’un achat à deux, le conjoint en bonne santé peut souscrire seul l’assurance sur 100 % du crédit. Toutefois, il faut que ce dernier jouisse de revenus suffisants pour faire face aux remboursements en cas de décès du coemprunteur. - Proposer d’autres garanties à sa banque : à défaut d’assurance, une négociation avec la banque est possible. En guise de caution financière, elle peut accepter l’hypothèque d’un bien immobilier ou le nantissement de placements (contrat d’assurance-vie, portefeuille de titres, etc.). - Faire appel à un courtier en assurances ou en crédits immobiliers. Il s’adresse en un temps record à plusieurs compagnies pour vous obtenir les meilleures conditions, moyennant une rémunération bien sûr.

 

Pour en savoir davantage sur la convention AERAS, cliquez ici.



Suivez l'actualité immobilière et rejoignez-nous

Bénéficiez d'une
estimation de votre
bien par CENTURY 21

Demandez votre estimation gratuite** en remplissant le formulaire
ci-dessous :

  • 1 Mon bien
  • 2 Mes coordonnées
  • Veuillez choisir une agence dans la liste.
Je valide ma demande
*Champ obligatoire
**Dans les agences participantes
Conformément à la loi informatique et liberté du 6 janvier 1978, les renseignements fournis sont strictement confidentiels et ne peuvent être communiqués à des tiers sans votre autorisation. l'article 27 vous donne la possibilité d'y avoir accès et de les faire rectifier si nécessaire. Si vous ne souhaitez pas que nous conservions ceux-ci, nous vous serions reconnaissants de nous en informer par écrit ou par mail.

Dans le même univers

Les dernières exclusivités en vente

Les dernières exclusivités en location