Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
Mandat Confiance / Exclusivité

La disparition de la taxe d’habitation cache une augmentation de la taxe d’aménagement !

Par Pierre Grammat - Publié le 06/03/2018 - Mis à jour le 06/03/2018

La disparition de la taxe d’habitation cache une augmentation de la taxe d’aménagement !

Si la taxe d’habitation est promise à disparaître d’ici à deux ans pour 80 % des contribuables, le législateur ne s’est pas gêné pour imposer davantage encore les abris de jardin et les piscines.

Un nouvel impôt sur… tout ce qui dépasse !

Si les piscines peuvent éventuellement s’apparenter à un signe extérieur de richesse, que dire de l’humble cabanon servant à remiser plantes et outils de jardinage ? Pourtant, nos braves fonctionnaires de Bercy ont eu l’idée lumineuse d’instaurer une taxe d’aménagement qui, soyons de bonne foi, remonte à 2012. Évidemment, cela ne s’invente pas. Un impôt bien senti qui frappe dès lors toutes les constructions ou agrandissements de bâtiments soumis à une autorisation d’urbanisme (déclaration préalable de travaux ou permis de construire).

 

Un calcul propice à des augmentations annuelles.

Le génie de cette taxe qui ne cesse d’augmenter, comme c’est le cas en 2018, c’est qu’elle s'évalue par la surface (construite ou aménagée) multipliée par une valeur forfaitaire (au gré du législateur, naturellement) et multipliée à nouveau par un taux que fixe la collectivité territoriale (communale, départementale et régionale puisque tout le monde mange à la même tablée). Et bien sûr, l’abondement de l’État se faisant moindre au fil des ans, les territoires ont vu là le moyen de renflouer leurs caisses. Ainsi la valeur forfaitaire passe-t-elle de 705 € à 726 € le mètre carré, sauf en Île-de-France où elle augmente de 799 € à 823 €.

 

Rien n’échappe à l’assiette de l’impôt.

Rassurez-vous, cet argent sera bien employé puisqu’il est censé financer des équipements publics, ce qui ne laisse de faire rêver les malheureux contribuables… Alors, si la remise de jardin est concernée par cette taxe, sachez que les caves, les vérandas (même ouvertes !), les celliers, les piscines, les éoliennes, les mobil-homes, les panneaux voltaïques n’y échappent pas non plus. En fait, tout ce qui s’aménage ou se construit est imposé. Dans sa grande mansuétude, le gouvernement met à votre disposition un simulateur qui vous permet de savoir à quelle sauce vous serez consommé... En sachant néanmoins qu’il vous faudra vous montrer expert dans l’utilisation d’Excel pour en extraire quoi que ce soit !



Suivez l'actualité immobilière et rejoignez-nous

Votre rendez-vous d’estimation gratuite

Mon bien
Mes coordonnées
Je valide ma demande

CENTURY 21, en sa qualité de responsable du traitement, réalise des traitements de données à caractère personnel pour la réalisation des estimations et le cas échéant, la gestion de la relation avec les prospects. Ces traitements sont rendus nécessaires pour répondre à votre demande d'estimation de votre bien et/ou d'informations et sont fondés sur votre consentement préalable. Les données collectées sont destinées aux services concernés, et le cas échéant à ses sous-traitants et prestataires. Les sous-traitants et prestataires en question sont soumis à une obligation de confidentialité et ne peuvent utiliser vos données qu'en conformité avec nos dispositions contractuelles et la législation applicable.
Elles sont conservées pour la durée de la réalisation de l'estimation et le cas échéant pour la gestion de la relation avec les prospects, les données seront conservées pour une durée ne pouvant pas excéder 3 ans à compter du dernier contact de votre part.
Conformément à la législation en vigueur, vous avez la possibilité d'exercer vos droits pour accéder, rectifier, effacer vos données, limiter leurs traitements, vous y opposer et demander la portabilité de celles-ci. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès.
Ces droits s'exercent soit par courrier électronique adressé à : dpo@century21france.com ou par courrier postal à l'attention du Délégué à la Protection des Données (DPO) - Century 21 France, 3 rue des Cévennes, Petite Montagne Sud 91090 Lisses, accompagné d’une copie d’un titre d’identité. Vous pouvez également adresser une réclamation auprès de la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés - 3 place de Fontenoy - TSA 80715 - 75334 PARIS Cedex 07.
Lire la suite... Cacher le texte

Les dernières exclusivités en vente

Les dernières exclusivités en location