Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites. Cliquez ici pour en savoir plus X

Retour à l'accueil

CENTURY 21, N°1 des agences immobilières dans le monde

Mon compte

Immobilier à PARIS 18ème

Paris 18ème

Réunion de plusieurs hameaux et villages situés hors les murs, Montmartre, La Chapelle et Clignancourt, le 18ème arrondissement est rapidement devenu un secteur populaire de la capitale.

Paris 18ème

Par Pierre Grammat - Publié le 04/04/2013 - Mis à jour le 20/01/2017

  • Département : Paris (75)
  • Région : ILE-DE-FRANCE
  • Population :
  • Propriétaires : %
  • (source : Insee)

Les biens à louer

1 408€

Les biens en vente

570 779€

Au XIème siècle, Louis VI dit Le Gros implanta une abbaye sur le mont des martres (martre étant la forme médiévale de martyr). Un monastère qui, faute de moyens financiers suffisants, fut contraint de vendre une partie de ses terres au pied de la butte à partir du XVe siècle. Un hameau se forma autour de l’église paroissiale dédiée à Saint-Pierre, subsistant des vignes et de petits maraîchages pour l’essentiel, mais aussi de l’exploitation de plâtrières. Alors que les religieuses du crû avaient la réputation d’une vie pour le moins dissolue, le village de Montmartre accueillit auberges et cabarets dès le XVIIe siècle, des lieux de plaisirs fréquentés par les populations laborieuses de la capitale.

Des villages de vignerons.
A quelques encablures de là, le long d’une ancienne voie romaine reliant Paris à l’abbaye de Saint-Denis, s’agrégèrent dès le Haut Moyen Age quelques maisons autour d’une chapelle. Un hameau connu jusqu’au XIIIe siècle sous le nom de La Chapelle-Sainte-Geneviève qui fut rebaptisé La Chapelle-Saint-Denis quand le village fut assujetti à la célèbre abbaye. Egalement attachée à Saint-Denis, la paroisse de Clignancourt était réputée pour ses vins depuis le Xe siècle, une goutte d’or très prisée par les Parisiens à l’image des vignobles de Montmartre. Bien que réunion de quartiers populaires, le 18e arrondissement ne vit sa population augmenter de façon significative qu’à partir de la seconde moitié du XIXe siècle.

L’origine du nom des 4 quartiers administratifs du 18e arrondissement.
Si le nom de certains quartiers historiques ont perduré jusqu’à nos jours, les quatre quartiers administratifs qui composent aujourd’hui chaque arrondissement ne correspondent pas forcément à l’usage populaire et séculaire des Parisiens.

- Les Grandes-Carrières : référence aux carrières de gypse, les plâtrières, qui y étaient exploitées depuis le Moyen Age.

- Clignancourt : village annexé à Montmartre au XIXe siècle, un nom peut-être issu du propriétaire d’une ferme nommé Cleninus.

- La Goutte-d’Or : allusion au jus de raisin blanc qui faisait la fortune des vignerons locaux.

- La Chapelle : hameau formé autour d’une chapelle érigée au VIe siècle et dédiée à Sainte-Geneviève.

Le 18e arrondissement aujourd’hui.
Etendu sur 600 hectares, le 18e arrondissement abrite 193000 habitants, ce qui le place au 3e rang de la population parisienne. Un secteur résidentiel, populaire et cosmopolite autour de Barbès, Clichy ou du marché Saint-Pierre notamment, apprécié des quelque 20 millions de touristes annuels qui viennent visiter la basilique du Sacré-Cœur sur la butte Montmartre et ses rues pittoresques, évocatrices du vieux Paris. Sans compter les nombreux théâtres et salles de spectacles de Pigalle dont le célèbre Moulin-Rouge, ou encore les puces de Clignancourt.

Pour en savoir plus sur le découpage de Paris...
A l’origine, Paris se divisait en quartiers, une division naturelle qui suivait le découpage de la zone en quadrants délimités par les points cardinaux. Ainsi trouvait-on initialement 4 quartiers : Ile de la Cité, Saint-Jacques de la Boucherie, la Verrerie, la Grève, qui furent portés à 8 au XIIIe siècle avec l’ajout de Sainte-Opportune, Saint-Germain-l’Auxerrois, Saint-André et place Maubert puis, deux cents ans plus tard, à 16 sous Henri III. Finalement, Paris connaissant une forte expansion, le nombre de quartiers fut porté à 20 le 14 janvier 1702 par le conseil du roi. Il fallut attendre la Révolution pour que cette notion de quartier disparaisse, temporairement, pour se muer en 60 districts bientôt réduits à 48 sections groupées par 4 au sein de 12 arrondissements.

20 arrondissements et 80 quartiers administratifs.
Des arrondissements parisiens qui furent portés à 20 en 1860, suite à l’annexion des faubourgs et villages situés entre l’enceinte de Thiers et celle des Fermiers généraux, leur numérotation s’effectuant en partant du centre de la capitale, en suivant la forme d’un escargot, et non plus de gauche à droite et de haut en bas comme c’était le cas précédemment. Chaque arrondissement fut alors doté de 4 quartiers administratifs qui ne sont plus guère utilisés aujourd’hui que par la Préfecture de police pour l’implantation de ses commissariats, les Parisiens préférant conserver leurs anciens usages.

 

 

Plus d'infos sur les autres arrondissements de Paris :

 

1er  |  2ème  |  3ème  |  4ème  |  5ème  |  6ème  |  7ème  |  8ème  |  9ème  |  10ème  |  11ème  |  12ème  |  13ème  |  14ème  |  15ème  |  16ème  |  17ème  |  19ème  |  20ème

Nos experts à PARIS

Informations sur l'immobilier à PARIS

PARIS Les agences CENTURY 21 et les points d'intérêt dans la commune

Découvrir PARIS

  • Prix moyens constatés en région ILE-DE-FRANCE

  • Biens à vendre à PARIS 18ème

    • Les habitants de PARIS 18ème

      • Taux d'impositions à PARIS 18ème

        PARIS : Les dernières exclusivités en vente

        PARIS : Les dernières exclusivités en location

        Les annonces de biens aux alentours de PARIS