Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites. Cliquez ici pour en savoir plus X

Retour à l'accueil

CENTURY 21, N°1 des agences immobilières dans le monde

Mon compte

Immobilier à PARIS 7ème

Paris 7ème

Des hôtels particuliers du faubourg Saint-Germain jusqu’au siège des ambassades et des ministères, le 7ème arrondissement reste emblématique de la capitale avec, notamment, la Tour Eiffel.

Paris 7ème

Par Pierre Grammat - Publié le 03/04/2013 - Mis à jour le 20/01/2017

  • Département : Paris (75)
  • Région : ILE-DE-FRANCE
  • Population :
  • Propriétaires : %
  • (source : Insee)

Les biens à louer

1 409€

Les biens en vente

570 878€

Propriété de la puissante abbaye de Saint-Germain, l’actuel 7e arrondissement resta quasiment vierge de toute construction jusqu’au XVIIe siècle. Un faubourg Saint-Germain composé de prairies dont le Pré-aux-Clercs et de quelques marais traversés par un chemin qui menait à Vaugirard via un bac, expliquant dès lors le nom de la rue du Bac, par lequel transitaient les matériaux nécessaires aux constructions dans la capitale. Au XVIIe siècle, des communautés religieuses s’y installèrent, bientôt rejointes par les hôtels particuliers des aristocrates. Surtout développé à partir des quais de la Seine, Voltaire, d’Orsay, Branly ou Anatole France, l’arrondissement se lotit au fil du temps, accueillant  notamment l’hôtel des Invalides voulu par Louis XIV pour y soigner les soldats blessés.

Le noble faubourg.
Au XVIIIe siècle, l’endroit devint à la mode, devenu le Noble faubourg, se substituant au Marais qui perdit peu à peu de son attrait, abritant quelque deux cents hôtels particuliers. L’école militaire fut fondée par Louis XV tandis que le quartier du Gros-Caillou se lotissait peu à peu. A la Révolution, le palais Bourbon accueillit le conseil des Cinq-Cents puis les travaux de Haussmann modifièrent en profondeur le lieu grâce, entre autres, au percement du boulevard Saint-Germain. Quelques décennies plus tard, les expositions universelles y entraînèrent la construction de nombreux édifices publics dont la gare d’Orsay aujourd’hui transformée en musée.

L’origine du nom des 4 quartiers administratifs du 7e arrondissement.
Si le nom de certains quartiers historiques ont perduré jusqu’à nos jours, les quatre quartiers administratifs qui composent aujourd’hui chaque arrondissement ne correspondent pas forcément à l’usage populaire et séculaire des Parisiens.

- Saint-Thomas-d’Aquin : tire son nom d’un monastère construit au XVIIe siècle, dédié au Dominicain, philosophe et théologien du XIIIe siècle.

- Invalides : l’hôtel des Invalides fut construit par Louis XIV à la fin du XVIIe siècle.

- Ecole-Militaire : une école royale militaire voulue par Louis XV.

- Le Gros-Caillou : tient son nom d’une borne en pierre qui marquait la limite entre les fiefs des abbayes de Saint-Germain-des-Prés et de Sainte-Geneviève.

Le 7e arrondissement aujourd’hui.
Etendue sur 408 hectares, le 7e arrondissement abrite 58000 habitants, ce qui en fait le quatorzième de la ville en terme de population, une faible densité démographique qu’expliquent les innombrables jardins qui constituent près de 10% de la superficie total de l’arrondissement avec, notamment, le Champ de Mars. Outre l’Assemblée nationale, l’hôtel Matignon, l’Ecole militaire ou le siège de l’Unesco, plus d’une vingtaine d’ambassades fait du 7e l’un des pôles importants de la capitale, sans oublier ses attraits culturels et touristiques avec la Tour Eiffel bien sûr, mais aussi l'hôtel des Invalides, le musée d'Orsay et le récent musée des arts premiers du Quai Branly.

Pour en savoir plus sur le découpage de Paris...
A l’origine, Paris se divisait en quartiers, une division naturelle qui suivait le découpage de la zone en quadrants délimités par les points cardinaux. Ainsi trouvait-on initialement 4 quartiers : Ile de la Cité, Saint-Jacques de la Boucherie, la Verrerie, la Grève, qui furent portés à 8 au XIIIe siècle avec l’ajout de Sainte-Opportune, Saint-Germain-l’Auxerrois, Saint-André et place Maubert puis, deux cents ans plus tard, à 16 sous Henri III. Finalement, Paris connaissant une forte expansion, le nombre de quartiers fut porté à 20 le 14 janvier 1702 par le conseil du roi. Il fallut attendre la Révolution pour que cette notion de quartier disparaisse, temporairement, pour se muer en 60 districts bientôt réduits à 48 sections groupées par 4 au sein de 12 arrondissements.

20 arrondissements et 80 quartiers administratifs.
Des arrondissements parisiens qui furent portés à 20 en 1860, suite à l’annexion des faubourgs et villages situés entre l’enceinte de Thiers et celle des Fermiers généraux, leur numérotation s’effectuant en partant du centre de la capitale, en suivant la forme d’un escargot, et non plus de gauche à droite et de haut en bas comme c’était le cas précédemment. Chaque arrondissement fut alors doté de 4 quartiers administratifs qui ne sont plus guère utilisés aujourd’hui que par la Préfecture de police pour l’implantation de ses commissariats, les Parisiens préférant conserver leurs anciens usages.

 

 

Plus d'infos sur les autres arrondissements de Paris :

 

1er  |  2ème  |  3ème  |  4ème  |  5ème  |  6ème   |  8ème  |  9ème  |  10ème  |  11ème  |  12ème  |  13ème  |  14ème  |  15ème  |  16ème  |  17ème  |  18ème  |  19ème  |  20ème

 

 

Nos experts à PARIS

Informations sur l'immobilier à PARIS

PARIS Les agences CENTURY 21 et les points d'intérêt dans la commune

Découvrir PARIS

  • Prix moyens constatés en région ILE-DE-FRANCE

  • Biens à vendre à PARIS 7ème

    • Les habitants de PARIS 7ème

      • Taux d'impositions à PARIS 7ème

        PARIS : Les dernières exclusivités en vente

        PARIS : Les dernières exclusivités en location

        Les annonces de biens aux alentours de PARIS