Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
Mandat Confiance / Exclusivité

Travaux : Quatre conseils pour acheter les parties communes de son immeuble

Par Franck Herbin - Publié le 28/03/2012 - Mis à jour le 17/02/2016

Travaux : Quatre conseils pour acheter les parties communes de son immeuble

Le rachat des parties communes de son immeuble est une aubaine pour un copropriétaire.

C’est l’occasion d’avoir plus de surface sans changer d’adresse, ni même d’appartement ! Mais pour arriver à ce résultat, il faut faire preuve de persuasion et de ténacité. Explications.

 

Dénicher des mètres carrés en plus

 

Acheter un couloir, un palier, des combles ou l’ex loge du gardien sont de précieux moyens de gagner de la surface habitable tout en restant chez soi. Avant même d’annoncer officiellement votre intention d’acheter « un bout de copro» en assemblée générale des copropriétaires, mieux vaut « faire campagne » dans l’immeuble. En contactant individuellement les habitants et en leur exposant vos intentions, il est possible de savoir qui est favorable ou opposé au projet.

 

Cette prise de contact informelle offre l’occasion de rallier certains copropriétaires à votre cause. Il ne faut pas hésiter à expliquer l’opération envisagée avec un argumentaire bien ficelé, des plans, des photos et l’impact pour l’immeuble.

 

Attention : même à ce stade, votre projet peut capoter pour raison de malveillance, de conflits, de mésentente entre habitants ou même par simple désintérêt.

 

Proposer un prix séduisant

 

Pour convaincre, mieux vaut proposer une valeur qui reflètera ce qui se pratique dans le quartier. Pour plus d’objectivité et de transparence, mieux vaut que l’estimation soit réalisée par un professionnel (agent ou expert immobilier). Pour emporter l’affaire mieux vaut parfois proposer un peu plus que le prix du marché ou accepter de prendre en charge quelques travaux de copropriété.

 

Cet argument financier peut influencer positivement les copropriétaires indécis. De plus, le produit de cette vente peut aider à alléger les finances de la copropriété.

 

Obtenir le feu vert de l’AG

 

Le rachat de parties communes nécessite non seulement l’accord de la copropriété (article 26 de la loi du 10/07/65) réunie en assemblée générale mais un vote à la majorité. Faute de quoi, le projet tombe à l’eau.

 

A vous de convoquer à vos frais une AG exceptionnelle ou d’attendre la tenue de l’AG annuelle. Quoiqu’il arrive, il faudra ce jour là se montrer persuasif, présenter des plans et si besoin se faire aider d’un architecte qui expliquera les éventuelles conséquences sur le bâti de l’immeuble et les précautions prises (assurance dommages ouvrage, etc.).

 

Faire recalculer les millièmes

 

Une fois le feu vert obtenu, il ne faut pas oublier de procéder à une nouvelle répartition des millièmes dans l’immeuble. En fait, la création d’un lot de copropriété chamboule la répartition initiale.

 

Seul un notaire peut se charger de modifier le règlement de copropriété et se doit d’en publier une « nouvelle version » au Bureau des Hypothèques. Supportés par le copropriétaire acquéreur, ces frais se chiffrent entre 2.000 à 3.000 euros.

 

 

En savoir plus sur "L'assemblée générale"

 



Suivez l'actualité immobilière et rejoignez-nous

Demandez un rendez-vous d’estimation gratuite




  • Je valide ma demande

CENTURY 21, en sa qualité de responsable du traitement, réalise des traitements de données à caractère personnel pour la réalisation des estimations et le cas échéant, la gestion de la relation avec les prospects. Ces traitements sont rendus nécessaires pour répondre à votre demande d'estimation de votre bien et/ou d'informations et sont fondés sur votre consentement préalable. Les données collectées sont destinées aux services concernés, et le cas échéant à ses sous-traitants et prestataires. Les sous-traitants et prestataires en question sont soumis à une obligation de confidentialité et ne peuvent utiliser vos données qu'en conformité avec nos dispositions contractuelles et la législation applicable.
Elles sont conservées pour la durée de la réalisation de l'estimation et le cas échéant pour la gestion de la relation avec les prospects, les données seront conservées pour une durée ne pouvant pas excéder 3 ans à compter du dernier contact de votre part.
Conformément à la législation en vigueur, vous avez la possibilité d'exercer vos droits pour accéder, rectifier, effacer vos données, limiter leurs traitements, vous y opposer et demander la portabilité de celles-ci. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès.
Ces droits s'exercent soit par courrier électronique adressé à : dpo@century21france.com ou par courrier postal à l'attention du Délégué à la Protection des Données (DPO) - Century 21 France, 3 rue des Cévennes, Petite Montagne Sud 91090 Lisses, accompagné d’une copie d’un titre d’identité. Vous pouvez également adresser une réclamation auprès de la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés - 3 place de Fontenoy - TSA 80715 - 75334 PARIS Cedex 07.
Lire la suite... Cacher le texte

Les dernières exclusivités en vente

Les dernières exclusivités en location