Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
Mandat Confiance / Exclusivité

Vices cachés après achat : quels recours ?

Par Christel Villedieu - Publié le 25/04/2017 - Mis à jour le 25/04/2017

Vices cachés après achat : quels recours ?

Comme pour toute vente, l’acquéreur d’un bien immobilier est protégé contre la découverte de vices cachés après un achat.

En achetant la maison ou l’appartement de ses rêves, on croit souvent faire le bon choix. C’est généralement le cas, mais parfois certains vices cachés apparaissent plusieurs mois après l’acquisition et viennent gâcher la fête. Fondations défectueuses, poutres maîtresses fragiles, nuisances sonores provenant d’une chaudière collective, fissuration, etc. : les vices cachés sont protéiformes. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il ne s’agit pas obligatoirement de défauts dissimulés par le vendeur. Ces vices peuvent simplement ne pas être apparents et le vendeur ignorer leur existence.  Toutefois, même s’il est de bonne foi, le vendeur peut être contraint de réaliser des réparations et dédommager financièrement le propriétaire.

 

Ce que dit la loi

Quelle que soit l’origine, la caractéristique des vices cachés est de ne pas être connue par l’acquéreur au moment de la vente. Le texte qui fonde la garantie contre les vices cachés est l’article 1641 du Code civil qui stipule que pour obtenir la qualification de vice caché, celui-ci doit donc rendre le logement impropre à son usage ou le restreindre dans une proportion telle que l’acheteur aurait été conduit à renoncer à l’acquisition ou à négocier le prix à la baisse s’il en avait eu connaissance. Dans bien des cas, une expertise réalisée par un professionnel agréé sera nécessaire pour attester les faits.

 

Que faire en cas de litige

L’action en garantie contre les vices cachés doit être intentée dans les deux ans suivant la découverte du défaut (art. 1648 du Code civil). Le cas échéant, c’est au vendeur attaqué qu’il appartient de prouver que la découverte du vice a eu lieu plus de deux ans avant l’introduction de l’action en justice.

 

Si un vice apparaît, la première chose à faire est d’informer le vendeur, par lettre avec accusé de réception. En l’absence de réaction de sa part, il faut saisir le tribunal de grande instance dont dépend la commune dans laquelle le bien est situé. Cette démarche nécessite l’intervention d’un avocat. Si le vendeur est déclaré responsable des vices cachés, l’acheteur peut demander l’annulation de la vente ou une diminution de son prix (art. 1644 et 1646 du Code civil). Il est libre de choisir l’option qu’il préfère, sans avoir à se justifier.

 

S’il choisit la résolution de la vente, l’acquéreur doit restituer le bien et le vendeur rembourser le prix ainsi que les frais de notaire occasionnés par la vente. Si l’acquéreur préfère demander une réduction du prix, le montant de cette ristourne sera déterminé par des experts et laissé à l’appréciation du juge. Outre l’annulation de la vente ou la diminution du prix, s’il est avéré que le cédant est de mauvaise foi, il peut être condamné à verser des dommages et intérêts (art. 1645 du Code civil).

 

Bon à savoir : pour se couvrir contre un recours, les vendeurs font parfois figurer dans l’acte de vente une clause stipulant qu’ils ne sont pas tenus de garantir l’acquéreur en cas de vice caché. Cette clause n’est valable que si le vendeur est de bonne foi. Elle ne joue pas si le vendeur est un professionnel de l’immobilier.

 

A lire aussi sur le même sujet : 

https://www.century21.fr/edito/article/diagnostics-obligations-liees-a-la-transaction/ 

https://www.century21.fr/edito/article/les-nouveaux-diagnostics-immobiliers/ 



Suivez l'actualité immobilière et rejoignez-nous

Demandez une estimation
immobilière gratuite
de votre bien
par CENTURY 21**

Merci de remplir le formulaire ci-dessous :

  • 1 Mon bien
  • 2 Mes coordonnées
  • Veuillez choisir une agence dans la liste.
Je valide ma demande
 CENTURY 21, en sa qualité de responsable du traitement, réalise des traitements de données à caractère personnel pour la réalisation des estimations et le cas échéant, la gestion de la relation avec les prospects. Ces traitements sont rendus nécessaires pour répondre à votre demande d'estimation de votre bien et/ou d'informations et sont fondés sur votre consentement préalable.    

  Les données collectées sont destinées aux services concernés, et le cas échéant à ses sous-traitants et prestataires. Les sous-traitants et prestataires en question sont soumis à une obligation de confidentialité et ne peuvent utiliser vos données qu'en conformité avec nos dispositions contractuelles et la législation applicable.  

Elles sont conservées pour la durée de la réalisation de l'estimation et le cas échéant pour la gestion de la relation avec les prospects, les données seront conservées pour une durée ne pouvant pas excéder 3 ans à compter du dernier contact de votre part.

Conformément à la législation en vigueur, vous avez la possibilité d'exercer vos droits pour accéder, rectifier, effacer vos données, limiter leurs traitements, vous y opposer et demander la portabilité de celles-ci. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès.

Ces droits s'exercent soit par courrier électronique adressé à : dpo@century21france.com ou par courrier postal à l'attention du Délégué à la Protection des Données (DPO) - Century 21 France, 3 rue des Cévennes, Petite Montagne Sud 91090 Lisses, accompagné d’une copie d’un titre d’identité.

Vous pouvez également adresser une réclamation auprès de la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés - 3 place de Fontenoy - TSA 80715 - 75334 PARIS Cedex 07.  
 Lire la suite...

Dans la même rubrique

Les dernières exclusivités en vente

Les dernières exclusivités en location