Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites. Cliquez ici pour en savoir plus X

Retour à l'accueil

CENTURY 21, N°1 des agences immobilières dans le monde

Mon compte

Immobilier : quel droit pour les héritiers en cas de décès ?

Par Christel Villedieu - Publié le 08/02/2017 - Mis à jour le 21/02/2017

Immobilier : quel droit pour les héritiers en cas de décès ?

Les héritiers ont des droits sur les biens immobiliers achetés par un ayant-droit et auront des droits de succession à régler.

En France, le code civil prévoit que les enfants ou, à défaut, les autres descendants et, en leur absence, le conjoint survivant, soient crédités d’une "réserve" dans laquelle l’immobilier tombe comme le reste. Lorsqu'un bien immobilier fait partie d'une succession, il est soumis à ce titre aux deux actes suivants : une attestation immobilière (encore appelée attestation de propriété) et le partage, si les héritiers décident de sortir du régime de l’indivision.

 

L’attestation immobilière estétablie par le notaire. Il s’agit d’un acte authentique et tarifé qui transfère la propriété du bien aux héritiers. Concernant le partage, si un bien est cédé à plusieurs personnes il est réputé en indivision. Si les héritiers décident de sortir de l'indivision et de réaliser un partage, chaque héritier recevra sa part d'héritage et en deviendra propriétaire de façon individuelle.

 

Réserve successorale

Si le couple avait uniquement des enfants communs, le conjoint survivant peut choisir entre l’usufruit (usage des biens, perception des revenus) de la totalité des biens existants ou la propriété du quart de ces biens, quelque soit le nombre d’enfants. Le défunt peut également laisser des enfants issus d’une autre union. Dans ce cas le conjoint n’a pas le choix et recueille le quart des biens, là encore quelque soit le nombre d’enfants.

 

La réserve des enfants dépend de leur nombre. Elle va de 50% du patrimoine (1 enfant) à 75% (3 enfants et plus). Si un tiers décide de céder un bien immobilier à un seul héritier, il faut donc que son patrimoine soit assez important pour que des biens d'une valeur équivalente soient laissés aux autres héritiers réservataires. Lorsqu'un bien immobilier fait l'objet d'un partage, le notaire établit un acte soumis à différents frais : émoluments notariés, taxe pour les frais d’enregistrement et de publicité foncière, salaire du conservateur des hypothèques…

 

A savoir : le montant des droits de succession que paieront les héritiers dépend du degré de parenté qu’ils avaient avec le défunt. Pour les héritiers en ligne directe, les droits de successions s’appliquent au-delà de 100.000 euros depuis le 17 août 2012. Selon les tranches, ils s’étagent ensuite de 5 à 45%.



Suivez l'actualité immobilière et rejoignez-nous

Bénéficiez d'une
estimation de votre
bien par CENTURY 21

Demandez votre estimation gratuite** en remplissant le formulaire
ci-dessous :

  • 1 Mon bien
  • 2 Mes coordonnées
  • Veuillez choisir une agence dans la liste.
Je valide ma demande
*Champ obligatoire
**Dans les agences participantes
Conformément à la loi informatique et liberté du 6 janvier 1978, les renseignements fournis sont strictement confidentiels et ne peuvent être communiqués à des tiers sans votre autorisation. l'article 27 vous donne la possibilité d'y avoir accès et de les faire rectifier si nécessaire. Si vous ne souhaitez pas que nous conservions ceux-ci, nous vous serions reconnaissants de nous en informer par écrit ou par mail.

Les dernières exclusivités en vente

* Frais d'agences inclus hors frais de notaire.

Les dernières exclusivités en location

* Provision pour charges incluse.